Réponse du GAMP au communiqué de presse du Ministre Maxime Prévot en charge de la politique du handicap en Région Wallonne

Le GAMP a entamé sa 3ème campagne médiatique pour sensibiliser le grand public et le monde politique aux problématiques liées au handicap de grande dépendance dans la partie francophone de notre pays.

Cette campagne se compose de 4 affiches qui interpellent les Ministres régionaux Maxime Prévot et Céline Frémault, la ministre communautaire Marie-Martine Schyns et la ministre fédérale Maggie de Block.
Les quotidiens et magazines qui ont accepté de publier gratuitement nos supports ont le choix de l’affiche.

Nous nous adressons ici au Ministre Prévot, interpellé par l’affiche publiée dans La Libre, la DH et bientôt le Vif, en réponse à son communiqué de ce mercredi 25 janvier.

Nous ne souhaitons pas rentrer dans une polémique stérile au niveau des mesures et des chiffres évoqués par le Ministre. Nous aurons l’occasion de le rencontrer et d’en débattre dans les prochains jours ou semaines, puisque ce mercredi, Mr. Prévot nous a publiquement invités à la table des négociations devant le Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Néanmoins, nous tenons à préciser que le GAMP n’utilise pas de « slogans » pour interpeller le monde politique, mais plutôt des phrases prononcées par des parents d’enfants handicapés de grande dépendance. C’est une maman qui s’adresse à lui dans l’affiche qui le concerne et il lui est loisible de la rencontrer.

Depuis le sit-in du mois d’octobre 2015 auquel une soixantaine de parents et jeunes avec autisme étaient présents, nous avons sollicité à plusieurs reprises le Ministre, via son cabinet et par messagerie privée. Malgré une manifeste intention constructive, le GAMP n’a jusqu’ici jamais été convié à une quelconque table de concertation associative, excepté à une réunion demandée avec insistance par la Plateforme Autisolidarité.

Le GAMP déplore notamment de ne pas avoir assisté à la réunion organisée par le Ministre Prévot au sujet du Plan Autisme au sein de son cabinet le 5 décembre dernier. Pour pouvoir participer à une concertation, il faut d’abord y être invité.

Le GAMP porte la voix des parents qui n’ont pas accès aux concertations, qui n’ont pas la possibilité de s’exprimer devant les instances politiques et qui se battent au quotidien pour faire progresser et vivre dignement leurs enfants. Le GAMP porte et publie les témoignages de ceux qui n’ont pas de voix. Puissent-ils un jour être entendus.


Service Communication du GAMP
Email : communication@gamp.be
Tel : 02/672.13.55

MAJ 14/09/2017 : Le lien n’est plus disponible.