9 février 2021

VACCINATION : les revendications du secteur du handicap

La question de la vaccination des personnes en situation de handicap contre le COVID-19 a été évoquée récemment dans les médias (RTBF, l’Avenir, Sud Presse, La Dernière Heure, etc.)

>>> Toutes les informations pratiques concernant la vaccination <<<

Si cette vaccination est programmée pour les personnes fréquentant des centres d’accueil de jour et d’hébergement, ce qui devrait concerner environ 10.000 personnes en Fédération Wallonie-Bruxelles, la vaccination du reste de la population en situation de handicap et vivant à domicile n’a pas été abordée.

Ainsi, les personnes en situation de handicap devraient se rendre aux centres de vaccination comme le reste de la population et suivant les mêmes critères de priorisation. Or, les gouvernements ne semblent pas prendre en considération certaines difficultés liées au handicap, qu’il soit moteur ou mental. Ces difficultés aggravent davantage la situation des personnes considérées à risque.

Les personnes à mobilité réduite ainsi que les personnes atteintes d’un handicap sensoriel (visuel, auditif), devront pouvoir aisément accéder aux centres de vaccination, y compris par les transports, et bénéficier d’aménagements adaptés.

Les personnes avec un handicap mental devront, quant à elles, pouvoir bénéficier d’aménagements spécifiques en fonction de leur handicap. A titre d’exemple, les personnes ayant une déficience intellectuelle et/ou de l’autisme ont beaucoup de difficultés à gérer les temps d’attente et à comprendre la situation. La vaccination en soi (situation potentiellement angoissante), et de surcroit dans un lieu inconnu, risque d’engendrer chez elles un stress important et par conséquent, des problèmes de comportement qui ne peuvent être gérés par un personnel non averti.

Notre crainte est que les familles des personnes en situation de grande dépendance physique ou mentale ne soient découragées par les difficultés qu’une vaccination non aménagée pourrait engendrer et n’y renoncent.

C’est pourquoi nous demandons :

  1. Une feuille de route précise de l’organisation de la campagne de vaccination pour la population considérée à risque, comprenant les publics qui seront prioritaires parmi les personnes handicapées.
  • Une information adaptée pour préparer les personnes en situation de handicap à la vaccination. L’utilisation de pictogrammes ou autres types de communication alternative sont indispensables dans le cas où les personnes aient des difficultés de verbalisation. Dans ce contexte, il est indispensable de travailler en collaboration avec les associations les représentant.
  • L’accessibilité garantie dans tous les lieux de vaccination, y compris les transports. Nous rappelons à cet effet la proposition du député Jamal Ikazban de mettre à disposition des personnes à mobilité réduite des taxis pour les véhiculer jusqu’aux centres de vaccination.
  • Des unités mobiles de vaccination pour les personnes ne pouvant se déplacer dans les centres de vaccination. Ceci permettra aux personnes avec des handicaps de (très) grande dépendance, déficience intellectuelle sévère, polyhandicaps, autisme, … d’être vaccinées dans les meilleures conditions.
  • Une information claire et accessible pour la personne en situation de handicap et leurs aidants proches leur permettant de donner un consentement libre et éclairé.

>>> Toutes les informations pratiques concernant la vaccination <<<