24 mars 2020

Conseils pour le confinement adressés aux parents d’enfants handicapés

Par Irène Knodt, psychologue spécialisée en autisme

1. Mettre une structure de vie en place : heure du lever, toilette, repas, activités assises, activités bouger, rituel lit et heures de sommeil précises. Introduire des périodes « loisirs » : moments tv ou tablette ou jeux.

2. Prévoir les repas et afficher les menus (quelqu’un va faire les achats une fois semaine et on fait le menu ensemble à partir de ce que l’on a trouvé)

3. Écouter les informations une seule fois par jour sans faire de commentaires On dit « il faut donc bien rester à la maison pour ne pas être malade, heureusement on n’est pas malade ». Personne ne parle virus pendant la journée, essayer de rigoler de ce qui arrive.

4. Calme : ne pas laisser la TV, la radio, etc. allumés, ne pas crier.

5. Si l’appartement est petit on peut délimiter une zone privilégiée où seul l’enfant pourra aller (ex : une couverture sur une table de salon fait une tente de repli ; pour un adulte cela peut être un fauteuil réservé)… S’il y a suffisamment de place on peut réserver une pièce « solution refuge » pour chacun.

6. S’il y a une personne qui télétravaille, elle doit avoir sa place réservée interdite aux enfants.

7. Si l’ordinateur doit être partagé (école), fixer des horaires affichés qu’on ne marchande pas par la suite.

8. Donner des tâches à chacun et surtout à la personne autiste/handicapée (suivant son niveau et son dynamisme : il faut plus d’énergie pour aller porter les vêtements dans chaque armoire que pour trier).

9. Fixer les interdits et les afficher.

10. Afficher les règles d’hygiène dans les toilettes, la cuisine et dans l’entrée…

11. Tant que l’on peut sortir, fixer une règle : (ex : on tourne en rond dans le parc pendant 1/4 d’heure et on ne touche rien). La règle ne change pas avec le temps ou autre chose. Plus il y a de rituels, mieux la personne se sentira.

12. En cas de crise d’angoisse, bien faire respirer (inspire 3 – expire 5) en mettant la main sur le ventre pour bien se détendre.

13. Limiter les temps d’écran. Ils doivent être fixés dans le rituel dès le premier jour.

14. Manger à table, ensemble sans source de bruit, calmement.

15. Enfin, les personnes autistes souffrent moins du coronavirus que les autres car elles ne pensent pas spontanément à demain. Donc faire comme elles : vivre calmement le temps présent !

Retrouvez tous les conseils d’Irène Knodt, psychologue spécialisée en autisme, pour le confinement !

>>> Conseils pour le confinement adressés aux parents d’enfants handicapés

>>> [AUTISME] Conseils aux parents pendant le confinement

>>> [AUTISME] – A propos du suicide des jeunes autistes

>>> [AUTISME] – Confinement et troubles alimentaires