17 mars 2020

Coronavirus : l’enseignement spécialisé

Depuis l’annonce jeudi 12/3 du Conseil National de Sécurité sur les nouvelles mesures en vue d’endiguer la propagation de l’épidémie de Covid-19, les parents d’enfants handicapés n’ont pas véritablement su que faire.

Si les consignes d’éloignement social étaient claires pour ce qui est de l’enseignement général (suspension des cours jusqu’au 3 avril), le trouble a plané en ce début de semaine dans la sphère du handicap. Nous étions de nombreux parents à attendre la circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles explicitant si les enfants handicapés allaient être acceptés dans les écoles spécialisées ou centres de jour, et surtout : dans quelles modalités cette suspension des cours allait se dérouler ?

Ainsi, la circulaire 7500 de la FWB s’ouvre sur ces quelques mots :

Le Conseil National de sécurité du 12 mars 2020, a décidé de suspendre les leçons jusqu’au 3 avril inclus. Les écoles d’enseignement ordinaire et spécialisé restent donc ouvertes et accessibles durant les heures d’ouverture de l’établissement. Cette disposition s’applique également aux CPMS, aux internats et aux homes d’accueil permanent.

Malheureusement, très peu de place est laissée pour informer les parents d’enfants handicapés. Le service PHARE a sorti une série de circulaires et de FAQ à destination du public, mais comment expliquer à des parents que les cours sont suspendus alors que les écoles restent « ouvertes » ? Et, comment comprendre cette suspension alors même que les centres de jour n’ont pas été fermés ? Malheureusement, dans cette situation, ce sont une nouvelle fois les parents qui doivent porter la charge de déposer ou non leur enfant au centre de jour ou à l’école.

Nous regrettons que des mesures plus claires n’aient pas été prises pour ce public à risque très vulnérable au Covid-19, et nous regrettons aussi ce manque de coordination de la part des pouvoirs. De nombreux parents se sont tournés vers les associations ou les réseaux sociaux pour trouver la bonne information, laissant une large partie d’entre eux dans le flou. La conséquence est importante : de nombreux parents dans l’incompréhension ont déposé leur enfant au centre lundi dernier, faute de solution aménagée efficace et de solution politique commune.

Nous ne le répéterons jamais assez : le Covid-19 touche particulièrement le public handicapé, et les enfants sont un vecteur important de contagion du virus. Depuis dimanche 15 mars, quatre pensionnaires du service résidentiel pour adultes Le Roseau vert dans le Hainaut, ont été testés positifs au coronavirus.

La page officiel du service PHARE concernant le coronavirus

La Foire aux Questions d’Iriscare sur le coronavirus et la phase 2 renforcée